Immersion au Московский зоопарк (Moscou Zoo)


 Immersion au Московский зоопарк
Moscou Zoo – Russie

Implanté dans le cœur de la capitale Russe, le parc zoologique de Moscou (en Russe, Московский зоопарк) naquit au milieu du 19ème siècle, par la volonté de la Société impériale Russe en 1864. C’est l’un des plus anciens parcs et l’un des plus importants du continent où les zoologistes et professeurs Sergueï Oussov, Anatoli Bogdanov et Charles Roulier se sont investis dans ce projet…

www.moscowzoo.ru

Le parc est doté d’une majestueuse entrée, réalisée par l’architecte Piotr Campioni puis repensée par Sergueï Rodionov en 1890, une véritable invitation au voyage dans le monde des animaux. Dans les années 20, la surface du parc est doublée, un programme de reconstruction réaménage les structures de 1990 à 1994. Aujourd’hui, le parc compte un total de plus de 20 hectares , abritant plus de 1000 espèces différentes. Il est devenu un écrin de verdure pour le quotidien des habitants et permet de forger l’identité de la ville.

A l’horizon de son 150ème anniversaire, le parc s’est offert une toute nouvelle identité par la création d’un logo, faisant référence à l’histoire de la structure. Ainsi, on remarque « 1864 », l’année de sa création qui accompagne 4 illustrations animalières : l’écureuil, le dauphin, le faisan et le pélican colorés de différentes façons.

Le parc zoologique de Moscou est composé d’équipements et d’infrastructures qui font de lui un parc unique en son genre, où les animaux des différents continents évoluent dans un environnement légendaire, marqué par l’histoire.

A noter qu’il est également accrédité aux différentes organisations zoologiques, EAZA (European Association of Zoos and Aquaria) ainsi que WAZA (World Association of Zoos and Aquariums).

Actu’Zoo vous invite en Russie, au cœur du parc de Moscou au caractère historique dans une immersion au plus près des animaux !

 

 Une histoire mouvementée de la révolution 1905 à la seconde guerre mondiale

Pendant la révolution de 1905, des troubles politiques et sociaux viennent perturber l’Empire Russe par de multiples réformes mises en place où le peuple manifestera son mécontentement. Au milieu de ces conflits, le parc zoologique de Moscou sera durement touché à de multiples reprises par les actes de manifestations… De ce fait, des animaux seront tués, l’aquarium du parc sera détruit ainsi que la bibliothèque.

Le parc a connu de nombreux traumatismes où les différents animaux du zoo ont souffert. Les employés se sont démenés pour que la guerre n’influe pas sur le quotidien des espèces. Alors que le parc était en plein essor, et que les nouveaux aménagements permettaient aux animaux de disposer de vastes espaces, la deuxième guerre frappa de plein fouet l’Union Soviétique.

 

Les espèces les plus rares ont été mises en sécurité, panthère des neiges, tigre de Sibérie, lion, éléphants … vers les villes de Stalingrad et Sverdlosk !

En raison des conditions de l’époque, certains animaux n’ont pas survécu, et le zoologiste en charge de récupérer les animaux à Stalingrad avait été mystérieusement tué…

Des raids aériens ont frappés le zoo en 1942, les bâtiments ont été sérieusement touchés mais à la grande surprise, aucun animal n’a été tué !

Entre les stocks de munitions qui étaient cachés dans les entrepôts et les réserves de nourritures pour les pensionnaires du parc, les zoologistes donnaient corps et âmes pour maintenir en vie les animaux.

 

Selon le site Moskovski Komsomolets (traduit du Russe par rbth.com) :                      
« L’année 1945 a marqué le début d’une campagne d’achat d’animaux dans d’autres ville. Un lion, des loups, des chameaux, des chacals, des singes et un léopard ont « pendu la crémaillère » dans des enclos réparés du zoo de la capitale russe ».

La seconde guerre mondiale a profondément marqué le parc mais a permis au Zoo de se reconstruire. Il témoigne du courage des employés à sauver les animaux au péril de leur vie. Le zoo de de la capitale est bien plus qu’un simple parc zoologique, un lieu nourri par l’histoire de l’URSS et qui fait aujourd’hui le bonheur des animaux et des Russes !

 

 

 

Le parc zoologique en lien avec Moscou 

A travers la ville Moscovite, de nombreuses espèces ont réussies à s’évader du zoo pour déambuler dans la capitale. En effet, le parc a publié il y a 4 ans, la liste des animaux qui ont voulu s’offrir une balade dans Moscou depuis le début du XXème siècle, voici quelques histoires croustillantes :

  • Un serpent s’est extrait du zoo et avait trouvé refuge près d’un commissariat dans un tas de bois de chauffage en 1934 ! Les policiers ont fini par le garder, car il servait de « gardien » pour le bois.
  • Des pingouins se sont enfuis du zoo en 1960 et sont arrivés 2 kilomètres plus loin ! Pendant que certains sont allés se réfugier dans un magasin, un autre groupe a été repêché dans la Moskova.
  • Au début des années 2000, des antilopes noires ont réussi à plusieurs reprises à s’enfuir de leurs enclos. Grâce à leurs cornes, elles avaient creusés un passage en dessous de leurs clôtures pour sortir quand elles le souhaitaient !
  • Pour finir, en 2008 un ragondin avait fui le parc jusqu’à un arrêt de bus dans la ville de Moscou, où les passagers le retenait calmement en le nourrissant avec du pain…
  • Un rhinocéros, un serpent mais également des aigles ont eux aussi passés du bon temps dans la capitale Russe. On peut dire que le zoo s’investit complètement dans le quotidien de la ville !

 

  

La première partie, « le vieux parc »

KudaMoscow

Bien évidemment, le parc a été créé au 19ème siècle et la plupart des structures où logent les animaux sont donc d’époque. Pour autant, les différentes « politiques d’aménagement » réalisées par le parc au fil du temps, permettent au zoo de Moscou de continuer son développement en se dotant de nouveaux équipements !

Le parc se divise en deux parties, le premier espace est la plus vieille partie du zoo. Il est composé d’un énorme étang situé vers la magnifique entrée où évoluent les flamands roses, cygnes… La partie abrite des félins comme le tigre blanc, les panthères ou encore les guépards dans des structures rustiques !

Les bœufs musqués, l’enclos des tapirs, des gnous à queue blanche et les chèvres des montagnes rocheuses composent le centre de cette première partie, dans de vastes espaces de verdures et d’équipements adaptés au milieu des animaux !

La maison des oiseaux (divisée pour les manchots et les perroquets) et celle des Éléphants d’Asie se situent au fond la première division du parc.

pisateltanya.ru

En 2018, deux nouveaux espaces sont en rénovations dans ce premier secteur :

  • Le rocher des rapaces
  • Les bassins des phocidés 

 

https://poznamka.ru

Pour terminer la présentation de cette première partie, la boucle se termine par un reptilarium, un bâtiment pour les animaux nocturnes « nocturnal world » ainsi qu’un espace dédié à la faune sauvage de la Russie. Au centre de ces deux derniers espaces, une énorme structure se dresse au-dessus de nos têtes, représentant divers animaux du parc.

La deuxième partie, « le nouveau parc »

Pour passer de l’autre côté du zoo (inauguré en 1927), un escalier nous mène à l’enclos de la colonie de macaques Japonais et des ratons laveurs, hébergés dans des structures en pierres en contre-bas !

Ensuite, nous devons emprunter une passerelle qui a été construite juste au-dessus d’une route Moscovite, pour passer dans la deuxième partie du zoo… Cette deuxième visite débute avec une présentation des paresseux à deux doigts, le bassin des otaries, quelques animaux nocturnes et les loutres d’Asie.

La structure suit la même présentation que « le vieux parc », puisqu’un étang est également présent le long du circuit, où pataugent cygnes et canards mandarins au beau milieu de leurs abris flottant sur l’eau…

L’un des espaces phare de l’ensemble du parc reste sans doute « le monde polaire » où 5 ours polaires évoluent. En effet, c’est une énorme structure où plusieurs points d’observation sont à la disposition des visiteurs. L’environnement se divise en deux parties, avec d’un côté la femelle polaire ainsi que 3 oursons dans un espace qui leur est réservé, puis une autre partie où loge le mâle !

Dans les deux espaces, d’importantes quantités de glace sont fournies pour les ursidés, leur permettant de profiter de sa fraîcheur, comme dans leur biotope naturel… De grands bassins s’additionnent à de grands espaces terrestres où les polaires peuvent soit marcher comme ils le font dans leur environnement ou évoluer dans l’eau.

A l’est de la deuxième partie se trouve « la maison des singes » comprenant une famille d’Orangs Outans et de Gorilles que les visiteurs peuvent admirer grâce aux multiples vitrines et ainsi être au plus près des animaux.

https://poznamka.ru

Au centre se trouve le lac des pélicans, « le rocher » des chèvres du Caucase oriental, reconnaissables par leurs cornes massives, ainsi que le très grand espace Africain où évoluent les girafes, zèbres, antilopes noires et les suricates !

Le tour du parc se termine par « l’île des animaux », où sont présentés ours Isabelle, ours lippu, ours brun ou encore les lions d’Asie dans une énorme structure circulaire. Ces enclos sont présentés en deux niveaux : un renfoncement pour admirer les animaux en contre bas ainsi qu’un espace de verdure au même niveau que les visiteurs…

 

Enfin, les « ongulés asiatiques » disposent d’un espace conséquent regroupant les chameaux ou encore l’âne sauvage du Tibet…

 

En conclusion, le zoo de Moscou dispose d’une richesse historique qui participe à la renommée du parc, couplée à son espace conséquent, en plein cœur de la ville ! La ville vit au rythme du parc comme le parc vit avec Moscou, favorable à son développement à travers la capitale. Les animaux évoluent dans des enclos aménagés selon leur biotope originel, dans des enclos typiques. Depuis ces dernières années, les parcs scandinaves et anciennement soviétiques comme le zoo de Moscou prennent conscience des nouvelles normes zoologiques qui doivent répondre aux besoins des espèces et à leur bien-être…

Cependant, le monde doit apprendre à respecter les zoos et c’est justement le renouvellement de ces parcs zoologiques qui ont le rôle et le devoir d’informer les visiteurs, que protéger les espèces ne se résume pas qu’à une simple exposition des animaux.

« Si l’animal est reconnaissant, comment l’homme ne le serait-il pas ? »

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.