En excursion au zoo de Lille, découvrez les nouveautés 2018 1


En excursion au parc zoologique de Lille, découvrez les nouveautés 2018

 

Le dimanche 25 Février, nous nous sommes rendus au parc zoologique de Lille afin de découvrir avec vous, les nouveautés 2018 du zoo ! Le zoo de Lille est un petit zoo urbain situé au cœur de la ville du Nord créé en 1950. Les espèces qui occupent l’espace Lillois, sont d’autant plus importantes à présenter au public que le parc partage activement l’importance de la conservation de ces animaux via notamment leurs multiples outils pédagogiques. Propriété de la ville de Lille, plus de 100 espèces différentes vivent sur 3,5 hectares dans le parc zoologique qui participe aux différents programmes de sauvegardes : EAZA (Association Européenne des Zoos et des Aquariums), l’institution WAZA (Association Mondiale des Zoos et des Aquariums) ainsi que EEP (Programmes Européens pour les Espèces menacés) pour la protection des pandas roux ou encore les tamarins empereurs.

Avec la vague de froid provenant de Sibérie et qui a frappé la France durant notre visite, certains animaux du parc n’étaient pas présentés au public à cause de leur sensibilité aux températures froides ! Ainsi les sakis à face blanche, les siamangs, les gibbons à mains blanches, tapir terrestre, vari noir et blanc, roux et maki catta (même si une bonne partie d’entre eux, ont bien voulu pointer leurs bouts de leurs museaux pour profiter des rayons du soleil), zèbres, capucins bruns et les deux rhinocéros blancs, sont restés au chaud dans leurs infrastructures…

 

Les dernières naissances et arrivées du parc à la fin de 2017 :

  • Un petit rat des nuages a vu le jour en décembre dernier (les parents étaient arrivés en 2017, une toute nouvelle espèce que le zoo venait d’accueillir) ;
  • Wempi, la femelle tapir terrestre (ou tapir du brésil) qui est arrivée gestante il y a un an, a donnée naissance à un petit Aweti le 25 septembre (son prénom provient du nom d’une tribu brésilienne, pays originaire de cette espèce) ;
  • A noter qu’en 2017, un mâle renard polaire est arrivé  en novembre dernier du zoo de Rostock en Allemagne pour partager l’enclos de la femelle dans le secteur « autour du monde » à la réouverture 2018. De plus, une femelle capybara du nom de Britje, est venue des Pays-Bas en Septembre 2017 pour vivre de nouvelles aventures avec son compagnon d’enclos, Odin !
 

Une brève présentation du parc :

Les chemins du zoo de Lille sont divisés en 6 territoires intitulés par des thèmes spécifiques aux origines des animaux ou aux infrastructures qui leurs sont destinés :

Premièrement, nous retrouvons l’espace « Autour du monde » (volières où évoluent les oiseaux, dont les nouvelles espèces arrivées au parc, ainsi que des mammifères comme le Wallaby de Parma, les suricates, les fennecs etc.) ;

Ensuite, « Le voyage exotique », une des grandes nouveautés de cette saison, qui était anciennement « la maison tropicale » abritant les espèces connues de ce secteur ainsi que des animaux fraîchement arrivés sur le territoire lillois (plus d’informations dans la suite de l’article !) ;

La zone « D’île en île », est habitée par les siamangs, les gibbons à mains blanches et les capucins bruns sur leurs îles respectives. Les pélicans blancs qui pataugent dans l’eau et les animaux de la mini-ferme située à l’opposé de ces îles sont également de la partie !

L’espace « Excursion sud-américaine » présente une autre grande nouveauté du zoo, les deux frères loups à crinière qui sont arrivés il y a peu de temps et qui cohabitent avec les tapirs terrestres (dont un petit né en 2017) et les capybaras ;

Sur les « Terres d’Afrique », rencontrez les deux rhinocéros blancs Eno et Mapenzi arrivés en fin d’année 2016 provenant du zoo de Münster et de la Boissière du doré, évoluant avec les zèbres sur une étendue de terre très ressemblante au territoire Africain ;

Enfin, « Sous les tropiques » est une volière immersive de 750 m² de 10 mètres de hauteur. La nouveauté de 2017 présente différentes espèces d’oiseaux qui évoluent au plus près de vous comme les ibis rouges ou encore les vautours aura ;

Le petit plus, découvrez les îles des primates, le lac des pélicans ou encore les espèces sud-américaine grâce à une passerelle qui vous permet d’observer les animaux et leur substitut d’habitat sous un autre angle !

Les nouvelles espèces de 2018 :

Après une nouvelle entrée pour l’accueil ainsi qu’une volière immersive mises en place depuis 1 an, la quinzaine de nouvelles espèces arrivées dans le parc Lillois pour la saison 2018 s’habituent à vivre dans le parc, dont une très grande partie sont des oiseaux présents « sous les tropiques » ou les volières « d’autour du monde » :

  • Le loup à crinière, la grande nouveauté de l’année du zoo (2 frères, Harry et Hagrid), arrivés de République Tchèque cet Hiver pour accompagner les Capibaras, tapirs dans la plaine sud-américaine ;
  • Le Guira Cantara ;
  • L’ibis sacré ;
  • Deux vautours aura qui évoluent dans la volière immersive (l’enclos « sous les tropiques ») ;
  • Un caméléon casqué du Yémen ;
  • Le choucador superbe, arrivé peu de temps avant la fermeture hivernale du zoo ;
  • L’Ibis à face noire ;
  • La conure soleil ;
  • Un mâle iguane vert ;
  • Le cardinal rouge ;
  • L’aigrette à face blanche ;
  • Le vanneau soldat ;
  • Le loriquet arc-en-ciel…

Le « Voyage exotique » :

Pendant les 3 mois de trêve hivernale, le bâtiment anciennement appelé « maison tropicale » a été rebaptisé « voyage exotique » suite à une série de rénovations dont des modifications apportées aux enclos au sein de la structure
Le parc propose de mini visites guidées aux visiteurs du zoo à l’intérieur du bâtiment. Le temps d’une petite promenade au chaud dans ce secteur, le personnel explique les différentes rénovations apportées au « voyage exotique », livrent des anecdotes et informations sur ses habitants (en plus des petits nouveaux) ! Le bâtiment est équipé d’un tout nouveau système d’isolation et de chauffage, propice aux espèces présentes à l’intérieur qui évoluent principalement dans les endroits chauds d’Amérique du sud, des zones Asiatiques et Africaines (le tamarin labié, le Loris lent pygmée ou encore les tortues géantes d’Aldabra). Des lampes chauffantes sont à dispositions pour des espèces à l’extérieur ainsi qu’à l’intérieur du « Voyage exotique » ! L’espace repensé laisse apparaître le bois brut autour de l’enclos des tortues géantes ainsi que le massif tropical situé au milieu du bâtiment.

A l’intérieur de l’espace, les éclairages ont été repensés et le chemin emprunté par les visiteurs est accompagné d’un ensemble de plantes exotiques au milieu de la structure. Au-dessus des baies vitrées, une frise de photographies dédiée aux espèces présentes, décore l’ensemble du secteur.


Situées à nos pieds ainsi que dans les espaces accordés aux animaux se trouvent des allées remplies d’écorces de bois, comme une sorte de continuum naturel pour que nous soyons au plus près des animaux et de leur environnement naturel !
Un iguane vert et un caméléon casqué cohabitent désormais avec les animaux déjà présents sur l’ancienne « maison tropicale ».
Angela, la femelle paresseuse quant à elle (déjà présente lors de la saison 2017) évoluera normalement au printemps dans la volière immersive « sous les tropiques » près de l’accueil !

Les tortues géantes d’Aldabra qui étaient déjà « locataires du bâtiment », bénéficient d’un terrain extérieur pour les beaux jours des saisons les plus chaudes, situé devant le « Voyage exotique » où les visiteurs peuvent observer les reptiles déambuler sur leur étendue d’herbe.


La liste des espèces recensées dans le nouveau secteur « Voyage exotique » durant notre visite est la suivante :

  • Les tortues géantes d’Aldabra ;
  • Le Loris lent pygmée avec les renards volants ;
  • Les tamarins labiés qui cohabitent avec les Agouti d’Azara ;
  • Une femelle paresseux à deux doigts accompagnée des tatous à 6 bandes ;
  • Les rats des nuages du nord, les écureuils de Prévost ainsi que les gouras de scatler ;
  • Un caméléon casqué du Yémen (nouvelle espèce) ;
  • Un boa constrictor et le boa des arbres de Madagascar ;
  • Enfin, un mâle iguane vert (nouvelle espèce) !

La grande nouveauté de « l’Excursion sud-américaine » :

Durant notre visite, nous avons fait la connaissance de deux nouveaux animaux arrivés depuis peu au parc Lillois, il s’agit de Hagrid et de Harry, deux loups à crinières provenant d’un parc zoologique Tchèque ! « Les deux frères » cohabitent avec 2 autres espèces évoluant sur le même continent que les canidés, le capybara (le plus gros rongeur existant) ainsi que le groupe de tapirs terrestres.

Le loup à crinière (qui est souvent scandé par les visiteurs comme un « gros renard »), est un mammifère avec une crinière noire, au pelage roux et aux grandes pattes qui lui servent à évoluer à travers les hautes herbes des steppes dans son habitat d’origine. Il est classé comme « espèce quasi-menacée » dans la liste rouge de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) par la destruction de son habitat au profit de l’agriculture et parfois tué par certaines populations locales qui attribuent des vertus médicinales à certaines parties de l’anatomie du loup à crinière…


En ce qui concerne « l’excursion sud-américaine », l’enclos des loups à crinières est situé en contre bas, ce qui permet de mieux les observer dans leur nouvelle demeure ! L’ensemble est garni de rochers, rondins de bois et d’arbustes aux consonances sud-américaines… Quelques abris sont à dispositions des animaux et leur maison principale est située au milieu de l’enclos (les deux frères avaient la possibilité de rester au chaud ou « de prendre un bain de foule » avec les visiteurs). Un bassin est également placé au fond de l’infrastructure qui permet aux locataires de « l’excursion sud-américaine » de se rafraîchir pendant les beaux jours lors de températures plus clémentes qu’à notre passage !

A noter que les soigneurs du parc peuvent entrer dans l’enclos avec les loups à crinières (comme dans beaucoup de parcs zoologiques). En effet, ces animaux ne constituent pas une réelle menace pour l’Homme, bien qu’ils soient omnivores le personnel est accompagné d’une pelle en guise de bouclier.

Et après ? 

En fin de compte, le zoo de Lille ne s’agrandit pas forcément d’année en année mais fortifie le parc d’une belle manière. « Le zoo de la ville » se destine à mettre en valeur des espèces animales, qui pour certaines ne sont pas vraiment connues du grand public (l’exemple du Kinkajou, le Binturong ou encore le martin de Rothschild…). Et ceci, le parc le revendique fièrement grâce à cet exemple sur la page Facebook du zoo :

« De manière générale, notre petit zoo urbain n’a pas vocation à accueillir trop de « grosses » espèces : nous préférons choisir des animaux certes plus petits mais peu communs, et/ou intéressants du point de vue de la conservation animale ou de la pédagogie, et auxquels nous sommes en mesure d’offrir des conditions de vie optimales ».


Sans exagérer sur des travaux d’envergures qui agrandiraient davantage le parc (notons l’idée d’une extension, émise par le zoo il y a quelques années qui a préféré se rétracter), le zoo de Lille se focalise essentiellement sur des remaniements d’enclos déjà existants ainsi que des améliorations d’infrastructures pour les animaux et les visiteurs.

De plus, le parc pourrait dans l’année accueillir un nouvel arrivant dans l’enclos du Panda roux… En effet, le parc est à la recherche d’une future femelle panda pour cohabiter avec son mâle prénommé Pong puisque Zuu-An nous a malheureusement quittés l’année dernière. Un chat de Pallas pourrait également accompagner la femelle qui est arrivée au mois de mai 2017.
A noter qu’un « espace nursery » est en cours de construction dans le « Voyage exotique », garni de grandes vitres à l’image des enclos animaliers, pour que les visiteurs puissent voir ce qui se passe de plus près !
Enfin, du côté des infrastructures pour les visiteurs, une future boutique souvenir va probablement voir le jour avant l’été 2018.

Encore quelques jours à attendre pour que la totalité des animaux soient visibles dans le parc zoologique (gardés au chaud pour les conditions climatiques exceptionnelles et pour les nouvelles espèces récemment arrivées qui peuvent être encore dans les enclos dédiés à la quarantaine).


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “En excursion au zoo de Lille, découvrez les nouveautés 2018