Dossier installation: Africa Rocks (San Diego Zoo) 2


Dossier installation
Africa Rocks au San Diego Zoo (États Unis)

 

Ouvert en 1915, le San Diego Zoo abrite plus de 3 500 animaux rares et en voie de disparition, représentant plus de 650 espèces et sous-espèces, et une importante collection botanique avec plus de 700 000 plantes exotiques sur 40 hectares. Parmi les plus populaires espèces, citons les pandas géants ou les koalas dont le parc est le coordinateur international. Il est situé au nord du centre-ville de San Diego, dans le parc Balboa. En 2010, il a accueilli 3,2 millions de visiteurs, ce qui en fait le parc zoologique traditionnel le plus visité des États-Unis. L’une des priorités est la mise en place d’infrastructures les plus naturelles possibles tant pour les animaux que les visiteurs.

 

 

 

Présentation de Africa Rocks

Le zoo de San Diego a démarré en juillet 2015 sur le côté nord du zoo, la construction d’un important projet: un nouvel espace de 4 hectares, peuplé d’animaux, de reptiles, d’oiseaux et de plantes et transformé en un habitat pour les espèces du continent noir, l’Afrique.. Nommé « Africa Rocks », ce nouvel espace remplace l’installation « Dog & Cat Canyon’, qui datait des années 30. Il s’agit pour le San Diego Zoo de son plus gros projet financier et zoologique, depuis son ouverture en 1915. Avant Africa Rocks, le plus grand projet du zoo était « Elephant Odyssey », l’installation des éléphants qui aura coûtée 45 millions de dollars.


Les 68 millions de dollars nécessaires à la réalisation de ce nouveau projet ont été réunis grâce à plus de 4 500 donateurs. Les principaux donateurs sont le philanthrope Conrad Prebys, qui a fait don de 11 millions de dollars, le nabab local Ernest Rady, qui a contribué à hauteur 10 millions, et Dan et Vi McKinney, qui ont investi 5 millions de dollars consacrés principalement à la construction d’un nouvel habitat dédié à la préservation des manchots africains.

Africa Rocks se compose de 6 parties avec chacune une thématique géographique de l’Afrique: Cape Fynbos (6), Madagascar Forest (5), West African Forest (4),  Acacia Woodland (2), ethiopan Highlands (3) et Kopje Woodland (1)

 

 

Construction de Africa Rocks

Le projet « Africa Rocks » a été conçu par le cabinet d’architecte  « The Miller Hull Partnership, LLP « . Les travaux de construction ont commencés en juillet 2015. L’ouverture aux visiteurs de la nouvelle zone « Africa Rocks » s’est déroulée sur plusieurs phases entre juillet et décembre 2017

 

 

 

Cape Fynbos

Le 01 juillet 2017, les visiteurs du San Diego ont pu découvrir la première partie de « Africa Rocks » et la colonie de manchots du Cap qui y est hébergée. Cette nouvelle installation comprend une vaste plage de galets, une zone de nidification et des rochers qui imitent les rochers de granites trouvés à Boulders Beach en Afrique du Sud, ainsi qu’un bassin de 1000 m3 avec des profondeurs allant jusqu’à 4m et une vision sous-marine. Fait rarement observé en captivité, les manchots cohabitent avec un groupe de requins léopard.

Les 5 manchots du Cap qui étaient auparavant présentés à San Diego ont donc déménagés dans cette installation en compagnie de 15 autres manchots arrivés du Minnesota et de Toledo.

 

 

Manchot du Cap (Spheniscus demersus) Status_en_on
Requin léopard (Triakis semifasciata) Status_lc_on

 

Madagascar Forest

Début septembre 2017, les visiteurs ont pu découvrir la seconde phase de Africa Rocks, « Madagascar Forest », la partie consacrée à l’ile de Madagascar. Composé d’un ensemble de plusieurs hautes volières, ce nouvel espace enroché, représente la flore et la faune de deux types de forêts endémiques de Madagascar: la forêt tropicale dense et la forêt épineuse sèche.

Enclos des fossas

Les différentes espèces de lémuriens, présentées au sein de cette zone Madagascar, cohabitent ensemble dans l’une des grandes volières de Madagascar Forest (Lémur aux yeux turquoises, Maki vari roux, Propithèque de Coquerel, lémur à collier roux et Maki catta). Deux autres grandes volières sont consacrées à la présentation de fossas.

Lemur Catta (Lemur catta) Status_en_on
Propithèque de Coquerel (Propithecus coquereli) Status_en_on

Agrippina et Thrax sont les deux sifakas de Coquerel du San Diego Zoo

 

Fossa (Cryptoprocta ferox)Status_vu_on

 

 

West African Forest

Ouverte en même temps que Madagascar, l’exposition sur la forêt tropicale ouest-africaine débute par « Rady Fall », une cascade haute de 20 mètres, la plus grande chute d’eau artificielle de San Diego.

Un groupe de crocodiles nains est hébergé dans un bassin extérieur, vitré dans toute sa longueur. Il s’agit de la seule installation de cette zone. Les crocodiles cohabitent avec des tortues « Erymnochelys madagascariensis » et des péluses de Schweigger (Pelusios castaneus).

Crocodile à front large (Osteolaemus tetraspis) Status_vu_on

 

Acacia Woodland

Dans la continuité de Madagascar, le visiteur découvre la faune et la flore des savanes Africaines. Deux grandes volières similaires à celle de Madagascar sont le lieu de vie de deux espèces de carnivores Africains, la panthère et le serval depuis quelques jours. En effet, à l’ouverture de la zone, des ratels étaient présentés à la place des servals.

Deux groupes reproducteurs de singes vervets, que l’on retrouve généralement dans les forêt d’acacia en Afrique, sont hébergés dans des volières similaires à celles vues précédemment.

 

La grande volière « Acacia Woodland »

Clou du spectacle de cette zone, la grande volière de contact héberge une multitude d’oiseaux endémiques de l’Afrique. Le visiteur peut les découvrir sur plusieurs niveaux grâce à des passerelles.

Un bassin terrarium a été installé dans cette volière et accueille des poissons mais également plusieurs espèces de lézards comme l’Uromastyx du Mali, des agames des Colons et des lézards épineux.

Panthère d’Afrique (panthera pardus pardus) Status_vu_on
Vervet (Chlorocebus pygerythrus) http://www.iucnredlist.org/assets/details/status_lc_on-bb670c6cf016b7bfdb6901f0c1bcc58d.gif

 

Ethiopan Higlands

Ouvert en décembre 2017, Ethiopian Higlands se veut une reconstitution des hauts plateaux éthiopiens. Deux grands enclos ouverts permettent de présenter deux espèces de primates. Un groupe de géladas occupe le premier plateau. Le San Diego Zoo est seulement le deuxième zoo en Amérique du Nord à présenter des géladas, l’autre étant le zoo du Bronx. Ils occupent ce vaste plateau en compagnie de bouquetins de Nubie.

 

Le second espace ouvert est dédié à la présentation d’un groupe de 20  babouins (8 mâles et 12 femelles).

Ces deux grands enclos sont visibles par différents points d’observations, vitrés, surélevés ou dans des grottes, pour permettre de découvrir au mieux, la vie sociale de ces primates Africains.

 

Babouin de Guinée (Papio papio) Status_nt_on
Bouquetin de Nubie (Capra nubiana) Status_vu_on
Gélada (Theropithecus gelada) Status_lc_on

 

Kopje Woodland

 

Cette dernière partie, la plus ancienne, a ouvert ses portes en 1986 mais plusieurs installations ont été ajoutées ou agrandies ces dernières années ou dans le cadre de l’ouverture de Africa Rocks. Kopje Woodland est composé d’un ensemble d’enclos rocheux pour suricates, mangoustes, damans ou oréotragues et de volières pour aigle bateleurs et autres oiseaux.

 

 

Suricate (Suricata suricatta) Status_lc_on
Mangouste naine (Helogale parvula) Status_lc_on
Daman des rochers (Procavia capensis) Status_lc_on
Oréotrague (Oreotragus oreotragus) Status_lc_on

 

 

Visite complète de Africa Rocks en vidéo

 

Coté visiteurs

Africa Rocks met en lumière la biodiversité étonnante du continent Africain, avec des espèces inhabituelles et menacées mais aussi sur l’environnement qui l’entoure. Ainsi les visiteurs peuvent découvrir dans chaque zone des formations rocheuses uniques à leurs régions – des affleurements granitiques escarpés du Kopje aux roches déchiquetées en couches de Madagascar, en passant par les rochers lisses et usés par les vagues du littoral sud-africain.

Chaque région est représentée par des plantes indigènes du continent africain et un arbre symbolique ou une plante est mis en vedette dans la plupart des habitats :

– La « Pincushion protea » à Cape Fynbos : « Protea » est un genre de plantes de la famille des Proteaceae. Il comprend près d’une centaine de plantes originaires d’Afrique du Sud
– L’acacia à Acacia Woodland : L’Acacia est un genre d’arbres et arbustes appartenant à la famille des Fabacées. 600 espèces d’Acacia sont originaires d’Afrique
– L’arbre de corail d’Abyssinie à Ethiopian Highlands : L’Arbre de corail d’Abyssinie est répandu du Soudan et de l’Ethiopie jusqu’en Angola, au Zimbabwe et au Mozambique.
–  Le « ficus cyathistipula » à West African Forest : Le genre Ficus comporte environ 800 espèces originaires du monde entier. Le « Ficus cyathistipula » est l’une de ces espèces, originaire d’Afrique tropicale. 

 

Pédagogie et Conservation

Avec l’ouverture de cette nouvelle partie, le San Diego Zoo continue son développement tout en ajoutant une touche importante dans la pédagogie, l’objectif étant de sensibiliser au maximum les plus de 3 000 000 de visiteurs qui arpentent les allées du zoo et de Africa Rocks. Pour ce faire, de nombreux panneaux pédagogiques ont été installés sur toute la zone. Des panneaux espèces mais aussi des panneaux pédagogiques sur l’Afrique sont installés sur la totalité du parcours. L’occasion d’en apprendre plus par exemple sur les différentes espèces d’animaux présents en Afrique. Un parcours botanique est également à disponibilité des visiteurs pour découvrir de nombreux arbres et arbustes qui ont été plantés dans Africa Rocks

Conservation

Au travers de l’association « San Diego Zoo Institute for conservation research », le San Diego Zoo est fortement impliqué dans la conservation des espèces et des plantes qu’il présente au sein du zoo.

Le San Diego Zoo Global mène la lutte pour mettre fin à l’extinction d’espèces comme le manchot africain. En collaboration avec des partenaires du monde entier, ils construisent des nichoirs artificiels pour les familles de manchots et sont également présents sur les rives de l’Afrique du Sud pour soutenir le sauvetage, la réhabilitation et la libération des manchots qui ont été huilés, abandonnés ou blessés.

Autre exemple, San Diego travaille avec différents partenaires pour surveiller les populations de léopards en Afrique grâce à des photos prises avec des caméras de surveillance. Les motifs de taches sur leur fourrure sont aussi uniques que nos empreintes digitales, et être capable de suivre les individus est extrêmement utile pour comprendre la vie secrète de cette espèce insaisissable. Ils travaillent également à aider à construire des populations de léopards durables et génétiquement diverses.

Le San Diego Zoo Global s’engage également à la protection de la flore et notamment de l’arbre corail en Afrique. Le zoo travaille avec des partenaires du sud de la Californie, d’Hawaï et d’Afrique pour conserver les coraux dans le monde entier. Sur les 113 espèces d’arbres et d’arbustes connues,  les horticulteurs du zoo de San Diego s’occupent de 51 espèces d’arbres corail dont certains sont présentés dans sur le circuit botanique du zoo.

 

Source photos & concepts arts:
https://www.carlstahl-architektur.com
https://www.zoochat.com/ (© timmychompchomp
https://archello.com/project/africa-rocks-san-diego-zoo#stories

 

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “Dossier installation: Africa Rocks (San Diego Zoo)

  • Antoine

    Les léopards présents dans cette installation sont des léopards de l’amour et non d’Afrique. Fait notable, l’un d’entre eux est noir ce qui semble être unique chez cette sous espèce nordique.
    Il me semble également que les bouquetins de Nubie soient avec les babouins qui sont des hamadryas et non des babouins de Guinée.

  • wilfried gohier

    Pas mal mais votre plan n’est pas le plan officiel de la zone (pour preuve les zèbres mentionnaient sur le plan qui n’ont pas fait parti du projet final)
    La seconde espèce avec les géladas n’est pas le babouin de guinée mais l’hamadryas