Zoo Karlsruhe (Allemagne) – Se rénover pour mieux s’adapter


Se rénover, pour mieux s’adapter

 

 

Né en 1865, le Jardin zoologique de Karlsruhe est l’un des plus anciens zoos d’Allemagne. Situé à 1h de Strasbourg, en plein cœur de la ville, il occupe les deux tiers d’un parc urbain (soit approximativement 22 hectares), et accueille environ 150 espèces du monde entier. Son objectif est de s’adapter aux enjeux de conservation actuels, avec la contrainte de ne pas pouvoir s’étendre.

Depuis la fin des années 1990, le zoo est entré dans une importante phase de rénovation des enclos existants. Nous allons voir quelques infrastructures remarquables ayant fait l’objet de ce plan de restructuration.

 

L’exotenhaus

Dès l’entrée, nous pénétrons dans l’Exotenhaus (maison exotique) une immense serre qui serait la deuxième plus grande d’Allemagne.

© Zoologischer Karlsruhe

Cette ancienne piscine municipale a été totalement transformée en 2015 et abrite maintenant environ 2000 animaux dont des oiseaux, des paresseux, des primates et des chauves-souris en liberté, ainsi que quelques enclos, aquariums et terrariums.

© Zoologischer Karlsruhe

Visuellement, l’ensemble présente une forte homogénéité, et ce n’est qu’en s’approchant que l’on peut remarquer les quelques zones clôturées. Les chemins serpentent dans la zone, et les différences de niveau permettent d’alterner entre immersion profonde et panoramas.

Bergwelt Himalaya

Au fond du parc, la zone Himalaya démarrée en 2012 propose quelques enclos d’animaux emblématiques (comme le panda roux et la panthère des neiges) avec un effort de thématisation des enclos et des allées, pour une expérience-visiteur toujours plus immersive et moderne.

En 2012, la rénovation la plus importante a concerné l’enclos des panthères des neiges, sur une surface d’environ 1300m². Il est constitué d’une vaste pente rocheuse, agrémentée de quelques végétaux et parcourue par un cours d’eau, afin de rappeler l’habitat réel des animaux.

Lebensraum Wasser

Dans la continuité de cet espace, la zone aquatique abrite des espèces couramment présentées en parcs zoologiques. L’enclos des ours polaires (datant de 2000), offre un espace d’environ 1900m² surplombé d’un iceberg central, proposant à la fois des zones d’herbe et de rochers, des terrasses, des bassins et de petites cascades.

En contrebas se situent les enclos des phoques et des otaries qui ont été rénovés en 2009, composés de bassins, de plages et d’îlots, et celui des manchots (comprenant des manchots de Humboldt mais également des manchots de Magellan, plus rares en parcs zoologiques), rénové en 2008.

Afrika-Savanne

Comme pour la plupart des zoos, nous retrouvons également une partie réservée aux animaux d’Afrique (lions, zèbres, hippopotames, girafes…), avec la ville de Karlsruhe en toile de fonds, qui n’est pas sans rappeler la contrainte spatiale bien présente en milieu urbain.

Une grande plaine s’étend ainsi, sous forme de réserve pour herbivores où cohabitent des oryx, des zèbres ainsi que des autruches, et composée essentiellement de sable, de rochers et de troncs d’arbres. Elle n’en reste pas moins arborée et offre de multiples zones d’ombre à ces animaux.

Dickhauter-haus

Pour les prochains grands projets, les enclos des hippopotames et des éléphants d’Asie seront à l’honneur, lors d’une grande restructuration prévue pour la fin de l’année 2018. Actuellement les hippopotames profitent d’espaces intérieurs et extérieurs rénovés en 2015 et accolés à la plaine des éléphants (abritant l’une des plus vieilles éléphantes d’Allemagne « Rani », qui a fêté ses 62 ans).

© Zoologischer Karlsruhe

Les dernières études sur les éléphants ont révélé que 10 000m² constituaient un espace jugé approprié pour un troupeau, et c’est pourquoi le zoo, qui manque de place du fait de sa situation urbaine, tend à se concentrer sur l’accueil d’individus âgés, issus de cirques parfois, pour se positionner en maison de retraite. A ce jour, 4 femelles éléphants d’Asie sont hébergées à Karlsruhe: Rani (63 ans), Lina (46 ans)  Jenny (35 ans) et Nanda.

 

© Zoologischer Karlsruhe

L’actuelle plaine va toutefois être agrandie d’un espace extérieur de 3000m² qui sera, le jour, la plaine des éléphants, et la nuit, celle des hippopotames qui deviendra de fait la plus grande installation pour hippopotames d’Allemagne.

Un nouvel espace pour les lynx en 2018

© Zoologischer Karlsruhe

Cette année, le Karlsurhe Zoo a décidé d’offrir également à ses lynx un nouvel espace 10 fois plus grand que leur enclos actuel dans la maison des prédateurs « Raubtierhaus », et surtout plus adapté à cette espèce avec des pentes raides, des arbres et des monticules rocheux. Ouverture prévue à l’été 2018.

© Zoologischer Karlsruhe

 

Abritant de nombreuses espèces et de part son statut de zoo urbain, le Zoo Karlsruhe doit se reconstruire plutôt que s’agrandir, pour répondre aux objectifs actuels de conservation. Comme de nombreux autres zoos, il participe à des programmes d’élevages et de conservation, mais aussi de réintroduction d’espèces dans leur milieu naturel comme l’antilope sable ou le cheval de Przewalski. Depuis la fin des années 1990, des études ont donné lieu à des mesures ayant pour but d’offrir aux animaux déjà présents des conditions de vies plus adaptées à leurs besoins, tout en assurant au parc de pouvoir accueillir de nouvelles espèces sur son actuel emplacement. L’engagement du Jardin Zoologique de Karlsruhe dans de nombreux projets de préservation et de réintroduction en milieu naturel lui confère donc un rôle-clé dans la vision allemande de la protection de la faune sauvage sur toute la planète.

 

Article réalisé par Yannick Marquette pour Actu’Zoo

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.