L’Australie au cœur du Zoo Zurich


L’Australie au cœur du Zoo Zurich

 

Il y a quelques semaines, nous vous proposions de découvrir les grands projets qui ouvriront cette année dans les parcs zoologiques Européens. La curiosité nous a amené vers l’un d’entre eux, à Zurich en Suisse, qui a ouvert  au début du mois d’Avril une nouvelle zone sur l’Australie avec en star des lieux deux koalas, une espèce pour la première fois présentée en Suisse.

Genèse de ce projet, construction et découverte, en route pour l’Australie ….. mais en Suisse !

 

 

 

 

Anlage Australien, une petite partie de l’Australie au cœur de Zurich

 

En 1993, le Zurich Zoo a annoncé un grand master plan s’étalant jusqu’en 2020 et visant à rénover et construire de toutes nouvelles installations.  Depuis son lancement, douze étapes ont déjà été mises en œuvre avec les ouvertures par exemple de Masaola, la grande serre Malgache, Kaeng  la nouvelle installation des éléphants d’Asie, ou la steppe mongole en 2012. C’est dans le cadre de ce master plan que les dirigeants du zoo se sont penchés à partir de 2013 sur le projet  « Anlage Australien ».

Le premier objectif de ce projet a été de rénover l’ancien pavillon de l’Afrique occupé par les rhinocéros et hippopotames, en l’adaptant à de plus petites espèces. La forme de ce bâtiment a vite permis aux dirigeants de définir la thématique principale de ce projet,  l’Australie.

 

 

Un bâtiment historique qui rappelle l’Opéra de Sydney

Le bâtiment de 550 m2, ouvert en 1965, et inscrit à l’inventaire municipal de la préservation historique en tant qu’objet potentiellement protégé, a été le lieu de vie jusqu’en 2015 des rhinocéros noirs et hippopotames pygmées du Zurich Zoo.  Construit huit ans avant l’emblème de la métropole australienne, la maison de l’Afrique rappelle l’Opéra de Sydney avec ses deux éléments de toit en forme de coquille.

Après le départ des hippopotames et rhinocéros, qui seront de retour à  Zurich en 2020 grâce à l’ouverture d’une savane plus adaptée aux besoins des grandes espèces, les travaux de rénovation du pavillon commencèrent le 4 avril 2016 avec un an de retard, et avec l’objectif principal de garder les murs et toit intacts, tout en offrant aux nouveaux occupants des installations adaptées et rappelant au mieux l’Australie.

 

 

La volière des loris

http://www.hansjoergstraub.ch

Alors que les travaux suivaient leur cours sur le pavillon et ses extérieurs, le Zoo Zurich a ouvert le 31 mai 2017 la première partie de sa nouvelle zone Australienne, la volière des loris. Une vingtaine de loris arc en ciel, arrivant du Duisburg Zoo en Allemagne, ont pris possession d’une volière en longueur composée d’un espace intérieur  de 73 m2 au toit de verre, et d’un espace extérieur de 81 m2.

Les loris partagent leur espace intérieur avec les visiteurs du zoo, qui sont ainsi en mesure d’observer les oiseaux de près sans grille de séparation et peuvent les nourrir certains jours. La volière des Loris est chauffée de manière autonome avec une pompe à chaleur géothermique et une partie de sa consommation d’énergie (chauffage) est couverte par un système photovoltaïque. 1,5 million de francs suisse (environ 1,3 millions d’€)  auront été nécessaires pour la création de cette volière.

 

Le pavillon et ses extérieurs

En présence des  paysagistes, des architectes, du président du conseil d’administration Martin Naville, et du directeur du zoo Alex Rübel, les visiteurs ont pu découvrir pour la première fois la totalité de ce projet le 28 mars dernier. Les résidents les plus en vue de cette nouvelle installation ont été les deux koalas, Mikey et Milos. Ces deux jeunes mâles, des demi-frères nés en 2016, sont arrivés du  Australian Reptile Park près de Sydney.  Tout comme Pairi Daiza en Belgique, Zurich a décidé de ne passer par le programme d’élevage international géré par le San Diego Zoo, pour construire l’enclos des koalas suivant leur concept personnel, sans les contraintes exigées par San Diego pour accueillir cette espèce. Néanmoins et avant l’arrivée des animaux, le conservateur principal, les soigneurs et le vétérinaire du Zoo Zurich se sont rendus en Australie pour se former au soin et à l’élevage de cette espèce pour la première fois présentée en Suisse. L’eucalyptus pour nourrir les deux koalas est cultivé principalement par la société Lüscher, située dans la région de Zurich et par un pépiniériste Italien, tous les deux chargés de leur fournir des espèces d’eucalyptus différentes toutes les semaines.

Copyright: Zoo Zürich, Rita Schlegel

Terre rouge, roche brute, végétation stérile: la savane australienne s’est installée dans l’ancienne maison de l’Afrique du zoo de Zurich et sur ses alentours. Le bâtiment a subit à l’intérieur une métamorphose spectaculaire. Outre les deux espaces intérieurs dévolus aux deux koalas, 3 jeunes varans perenti (Varanus giganteus) ont pris place dans un double vaste espace intérieur munis de plusieurs points chauffants et d’un terrain escarpé. D’autres terrariums abritent deux espèces plus petites de reptiles endémiques de l’Australie : des varans de Pilbara (Varanus pilbarensi) et des scinques rugueux (Tiliqua rugosa).  

Copyright: Zoo Zürich, Robert Zingg

Les koalas disposent également de deux espaces extérieurs pour les jours de fortes chaleurs et les varans perenti ont également leur propre installation extérieure à coté du pavillon de l’Australie.

Les anciens terrains qui étaient occupés par les rhinocéros au temps de la Maison de l’Afrique se présentent maintenant comme un véritable paysage australien. Les visiteurs se promènent dans une installation de contact à la rencontre de la dizaine de wallabies de Bennett arrivés d’Allemagne et de France, et des 2 émeus.

A proximité de l’enclos extérieur des varans, des kookaburras, aux vocalisations si proches du rire humain, sont hébergés dans une volière aménagée d’une végétation dense.

Le coût de construction de cette partie australienne s’élève à 9,9 millions de francs suisses. L’installation a été financée exclusivement par des fonds privés, à travers des collectes et des contributions de fondations et de particuliers.

Sensibiliser tout en faisant découvrir la faune Australienne

Intégrée dans la galerie des visiteurs de la maison de l’Australie, une exposition montre l’influence dévastatrice des espèces introduites sur la faune indigène de l’Australie. L’occasion d’apprendre que plusieurs des animaux introduits tels que le renard, le chat domestique ou le crapaud rouge, ont contribué à l’extinction de nombreuses espèces australiennes comme les lapins australiens (Oryctolagus cuniI).

Outre les nombreux supports et panneaux pédagogiques de cette exposition, un petit enclos extérieur accolé au bâtiment présente actuellement des lapins de garenne pour symboliser justement la perte des lapins Australiens.

 

Le projet Australian Ask, symbole de la mobilisation de Zurich dans la conservation en Australie

Le plus récent des huit projets de conservation de la nature de Zurich est étroitement lié à cette nouvelle partie australienne. Dans le cadre du projet Australian Ark, le zoo s’est engagé à préserver les diables de Tasmanie et d’autres marsupiaux en voie de disparition en Australie, en partenariat avec Australian Reptile Park. Le Zoo Zurich a également financé une initiative pour créer un centre d’élevage dans le Barrington pour plusieurs espèces telles que le Wallaby de Parma ou le chat marsupial. Malgré sa forte implication dans la conservation du diable de Tasmanie, il n’est pas prévu d’accueillir cette espèce à Zurich.

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.