Sanctuaire De Zonnegloed


Le sanctuaire des animaux De Zonnegloed se situe en Belgique et a ouvert ses portes en 2011. Le principe du parc animalier est très particulier : ne présenter que des animaux issus de sauvetages, qui étaient auparavant maltraités ou abandonnés.

Le parc se définit comme un véritable sanctuaire qui fait office de refuge pour de nombreux animaux issus du commerce illégal et qui ont, pour la plupart, vécus dans des conditions désastreuses. Contrairement à un parc animalier classique, il n’est pas question ici d’échanger des animaux ou de procéder à un élevage, mais  uniquement de sauver des animaux qui ne pourront plus retourner vivre dans leur habitat naturel. De Zoonegloed est reconnu comme centre de sauvegarde européen / sanctuaire pour animaux sauvages par l’ EARCS (European Alliance of Rescue Centres and Sanctuarie).

Une procédure particulière

Lorsqu’un animal va être secouru par le parc, une procédure se met en place en amont puis en aval. Pour certaines espèces, une cagnotte sera effectivement mise en place en vue d’un futur secours. Cette cagnotte servira pour la construction de l’enclos qui parfois peut nécessiter des mesures particulières s’il s’agit d’un carnivore. Actuellement, plusieurs animaux font l’objet d’une procédure en vue d’un futur sauvetage. Lorsque l’animal est récupéré, il passe par différentes étapes nécessaires afin qu’il puisse bénéficier d’une nouvelle vie sereine, à l’opposé de son ancien habitat.

Ces animaux vont en effet recevoir des soins répartis en trois catégories: soins vétérinaires, soins liés à la nutrition et soins liés au comportement. Ces soins ont pour but de leur faire oublier les négligences dont ils ont pu être victimes, et de leur faire retrouver un comportement naturel.

Une mission de prévention

Le principal objectif du parc est de sensibiliser le public aux conditions de vie des animaux et plus particulièrement à la détention d’animaux exotiques. Le but étant de mettre fin au trafic d’animaux qui n’ont pas vocation à être domestiqués. Tout au long du parcours de visite, des panneaux informatifs et des vidéos mettent en avant les conditions de détention antérieures des différents animaux présents dans le sanctuaire, l’objectif étant de montrer aux visiteurs la réalité du trafic dont sont victimes ces animaux.

Les autres animaux du parc sont issus du monde du spectacle ou de zoos qui ne respectaient pas leur bien-être. C’est le cas notamment des ours qui ont rejoint le parc récemment, détenus dans une cage avec le strict minimum d’espace. Pour prouver la qualité de sa démarche et aller jusqu’au bout de l’idée, le parc consacre l’intégralité des recettes que génèrent les entrées à l’entretien des enclos, aux nourrissages des animaux,… et ne réalise ainsi aucun profit.

Parmi les animaux secourus par le parc on retrouve des loutres ou des lynx d’Eurasie, rescapés d’un zoo Allemand qui a fait faillite en 2011.

D’autres animaux comme le serval ou le muntjac proviennent (entre autres) de particuliers, tandis que certains tels que les fennecs viennent eux d’animaleries.

Focus : les sauvetages récents

Récemment, deux ours sont arrivés au sanctuaire. Ils proviennent d’un zoo d’Albanie où ils étaient logés dans une cage, sur un sol en béton, avec peu d’espace pour bouger, les obligeant à vivre au milieu de leurs excréments. De Zonnegloed a été contacté par « Animal Rescue Albania » et a ainsi traversé pas moins de 9 frontières pour rapatrier les deux ours. Après une longue période de quarantaine, les individus vont mieux et commencent à s’adapter à leur nouvel espace. Ils sont désormais dans un vaste enclos, reproduisant au mieux leur environnement naturel, bien loin des quelques mètres carrés dont ils disposaient auparavant.


Durant le mois de juin, deux macaques de barbarie ont également rejoint De Zonnegloed. L’un d’entre eux était détenu au Zoo du Bouy qui a été fermé par le gouvernement français en raison de négligences et de violations en rapport avec le bien-être des animaux, et le second appartenait à un particulier et a été retrouvé dans la rue après avoir été abandonné par son propriétaire.

Les sauvetages en cours

Actuellement, la fondation récolte des fonds pour sauver plusieurs animaux, et il est possible de participer sous forme de dons via une page dédiée sur leur site internet. L’un des principaux projets concerne notamment le guépard Mohanni qui vivait cloîtré dans une cage au sein d’un cirque.

 

De Zonnegloed prépare l’avenir

 

En 2018, le parc a accueilli plus de 70 000 visiteurs ainsi que 35 nouveaux pensionnaires (kinkajous, rapaces, mouffettes, ours et macaques), et a inauguré de nouvelles installations, notamment un nouveau bâtiment tropical (en plan ci dessus). De Zonnegloed se projette déjà dans l’avenir et a commencé les travaux de construction d’une nouvelle structure pour accueillir des grands félins issus principalement de cirque ainsi qu’un refuge pour la faune sauvage et les reptiles originaires de Belgique.

De Zonnegloed planche également sur l’accueil à court terme de loups, toujours dans l’objectif d’accueillir les animaux qui en ont besoin…

Article réalisé par Romain pour Actu’Zoo

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.