Ayo Edebiri interroge Nikki Haley sur la guerre civile dans « Saturday Night Live »

La candidate républicaine à la présidentielle, Nikki Haley, s'est jouée en plein air dans l'émission « Saturday Night Live » de NBC ce week-end.

Avant la primaire républicaine du 24 février en Caroline du Sud, l'émission de samedi présentait une simulation de mairie de CNN dans l'État, mettant en vedette l'acteur James Austin Johnson dans le rôle de l'ancien président Donald Trump.

Debout dans le public, Haley a tiré sur Trump et le président Biden, remettant en question la forme physique des deux. « Est-ce que ça va, Donald ? Tu auras peut-être besoin d'un test de capacité mentale », a demandé Haley.

Après le long discours de Johnson sur Trump, qui s'est terminé par les mots « Je vois des gens morts », Haley a répondu avec un ton impassible : « C'est ce que diraient les électeurs s'ils vous voyaient, vous et Joe, sur le bulletin de vote. »

Trump devance Haley en Caroline du Sud, selon un sondage Post Monmouth

Mais Haley n'a pas été épargnée par la torréfaction samedi, venant sous le feu des critiques de l'animateur de l'émission, l'acteur Ayo Edebiri.

« J'étais curieux, selon vous, quelle était la principale cause de la guerre civile ? » Edebiri a demandé à Hallie. « Pensez-vous que ça commence par un « s » et se termine par « -lavery » ?

En réponse, Haley a déclaré: « Ouais, c'est peut-être la première fois que je dis ça. »

L'échange note que lors d'une mairie du New Hampshire en décembre, lorsqu'un membre du public lui a demandé ce qui avait causé la guerre civile, Haley n'a inclus aucune référence à l'esclavage. Après une réaction violente, notamment de la part des Républicains, il a admis le lendemain que la guerre était « une question d'esclavage ».

READ  Janic Sinner a battu Daniil Medvedev pour remporter son premier titre du Grand Chelem, l'Open d'Australie

Haley a déclaré que son objectif en Caroline du Sud était d'améliorer sa performance contre Trump dans le New Hampshire le mois dernier, où elle a perdu l'avance du GOP de 11 points. Selon un sondage du Washington Post et de l'Université de Monmouth, un ancien observateur de l'ONU. L’ambassadeur dispose d’une base importante dans son État d’origine, où Trump bénéficie du soutien de 58 % des électeurs républicains aux primaires, contre 32 % pour Haley.

Pointu. Intelligence. Réfléchi. Inscrivez-vous à la newsletter Style Memo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *