La nation Navajo s’oppose à ce qu’une entreprise de Houston envoie une crémation sur la Lune

La fusée Vulcan de United Launch Alliance subit des tests à la station spatiale de Cap Canaveral en Floride. Le lancement de la fusée est prévu le lundi 8 janvier 2024.

ULA

La nation Navajo de Houston condamne le projet d'envoyer des cendres sur la lune la semaine prochaine, affirmant que cela « équivaut à une profanation de ce lieu sacré ».

Le chef de la nation Navajo, Buu Nygren, souhaite retarder le lancement de lundi car il comprendra un atterrisseur lunaire transportant des restes incinérés collectés par Celestis, basé à Houston, et Elysium Space, basé à San Francisco.

Publicité

L'article continue sous cette annonce

« Il est important de souligner que la lune occupe une place sacrée dans de nombreuses cultures indigènes, y compris la nôtre », a écrit Nygren dans une lettre du 21 décembre adressée à la NASA et au ministère des Transports. « Nous le considérons comme faisant partie de notre héritage spirituel, comme un objet de révérence et de respect. »

Charles M. Chafer, PDG et co-fondateur de Celestis, a déclaré que les clients de l'entreprise considèrent la mission comme « une célébration appropriée – à l'opposé du dénigrement ».

Il a également déclaré que la religion n'était pas prise en compte lors de l'approbation des missions spatiales.

« Personne, aucune religion ne possède la Lune », a déclaré Saffer dans un communiqué, « et les croyances de nombreuses religions du monde sont considérées comme des missions inacceptables. Nous ne permettons pas et n'avons jamais permis aux croyances religieuses de dicter les efforts spatiaux de l'humanité – il n'y a pas et ne devrait jamais être un test religieux.

Elysium Space n'a pas pu être contacté dans l'immédiat pour commenter.

Publicité

L'article continue sous cette annonce

Ce n'est pas la première fois que la nation Navajo proteste contre le placement de restes incinérés sur la lune. Nygren a déclaré que le problème était survenu lorsque la NASA avait envoyé la sonde Lunar Prospector en orbite autour de la Lune à la fin des années 90. Transportant les restes incinérés du géologue planétaire Dr Eugene Schumacher, la sonde s'est écrasée sur la surface lunaire à la fin de sa vie. Celestis a fourni les restes.

Selon la lettre de Nygren, la NASA s'est excusée et a promis de consulter les tribus avant d'approuver de futures missions visant à envoyer des restes humains sur la Lune. Nygren a fait valoir que la NASA n'avait pas tenu son engagement.

La NASA ne supervise pas directement la mission de la semaine prochaine. Celestis et Elysium Space ont placé les restes incinérés sur un atterrisseur lunaire détenu et exploité par Astrobotic Technology, basé à Pittsburgh. La NASA a fourni des fonds et des conseils, mais n'en était pas responsable. C'est l'un des nombreux clients de l'atterrisseur Peregrine, dont l'alunissage est prévu le 23 février.

Les restes seront envoyés dans l'espace lors du vol inaugural de la fusée Vulcan de United Launch Alliance. United Launch Alliance est une coentreprise entre Boeing et Lockheed Martin. Sa fusée Vulcan devrait décoller de la station spatiale de Cap Canaveral en Floride à 1 h 18 CST pendant la fenêtre d'ouverture.

Publicité

L'article continue sous cette annonce

« Nous reconnaissons que certaines charges utiles commerciales non-NASA peuvent inquiéter certaines communautés », a déclaré Joel Kearns, administrateur associé adjoint pour la recherche à la Direction des missions scientifiques de la NASA. « Ces communautés ne comprennent peut-être pas que ces missions sont commerciales et non des missions du gouvernement américain. »

Une réunion intergouvernementale impliquant la NASA, la Maison Blanche et le ministère des Transports aura lieu vendredi avec la nation Navajo.

« Nous prenons très au sérieux les préoccupations exprimées par la nation Navajo », a-t-il déclaré. « Nous pensons que nous allons poursuivre cette conversation. »

Répondant à la NASA dans un communiqué publié jeudi, Nygren a déclaré que les activités du gouvernement et du secteur privé dans l'espace doivent respecter le patrimoine culturel et les croyances spirituelles de toutes les communautés.

« La nation Navajo n'est pas opposée au progrès scientifique ou à l'exploration spatiale », a déclaré Nygren. « Nous appelons la NASA à agir en conséquence et à travailler avec nous pour protéger nos sites sacrés et notre patrimoine culturel, non seulement sur Terre, mais dans toutes les régions où nos traditions sont les plus chères. »

Publicité

L'article continue sous cette annonce

READ  Résultats des Browns contre les Texans, faits saillants, actualités, faits saillants et mises à jour en direct

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *