Plus de 30 000 personnes ont été tuées à Gaza, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas

  • Par Yolande Knell
  • BBC News, Jérusalem

source d'images, Belles photos

légende,

La plupart des personnes tuées seraient des femmes et des enfants.

Plus de 30 000 Palestiniens ont été tués à Gaza depuis le 7 octobre, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas.

Ce chiffre équivaut à environ 1,3 % des 2,3 millions d’habitants du territoire – le dernier indicateur sombre du pire bilan de la guerre.

Le ministère affirme que la plupart des personnes tuées étaient des femmes et des enfants.

Ses statistiques ne font pas de distinction entre civils et combattants lors de l’identification des personnes tuées.

Dans son point quotidien de jeudi, le ministère a indiqué que 81 personnes avaient été tuées au cours des dernières 24 heures, portant le total à 30 035.

Avec des milliers d’autres morts sous les décombres des bâtiments touchés par les frappes aériennes israéliennes, le nombre réel de morts risque d’être beaucoup plus élevé car il n’inclut pas ceux qui n’ont pas réussi à se rendre à l’hôpital.

Plus de 70 000 blessés ont été enregistrés par le ministère de la Santé de Gaza, seule source officielle de victimes. Ses données sont citées par les agences des Nations Unies et d'autres organisations internationales.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme entretenir une « collaboration de longue date » avec Gaza et disposer de « bonnes capacités en matière de collecte/analyse de données ». Son précédent rapport avait été considéré comme crédible et « bien développé » par l'agence des Nations Unies.

En comparant le bilan actuel des morts aux données précédentes enregistrées par l'ONU sur les conflits passés à Gaza, l'OMS note que « cela montre clairement une population civile croissante avec une proportion élevée d'enfants et de femmes victimes ».

Interrogée sur son estimation du nombre de morts et de la répartition des civils et des militants, l'armée israélienne a seulement répondu à la BBC que « le nombre de terroristes tués était d'environ 10 000 ».

Pour qu’un décès palestinien soit enregistré à Gaza, un cadavre ou une dépouille doit être examiné par le personnel hospitalier ou médical. À la fin de chaque journée, les hôpitaux envoient une liste de toutes les victimes dans des lieux connus – comprenant les noms, les numéros d'identification, les dates de blessure ou de décès et les détails des blessures et de leur état – au système centralisé du ministère de la Santé. Ses opérateurs sont désormais basés à Rafah.

La Croix-Rouge palestinienne fournit également des données.

Pendant cette guerre, il était plus difficile que jamais de produire des statistiques en raison des morgues surpeuplées, des combats dans les hôpitaux et les cliniques et de la mauvaise connectivité Internet et téléphonique.

Toutefois, si un cessez-le-feu à long terme est conclu ou si la guerre prend fin, les efforts visant à retrouver les corps et à retrouver les disparus devraient permettre d’avoir une idée plus précise du nombre de victimes, y compris du nombre de combattants. ONU Et attendez-vous à ce que les groupes de défense des droits humains et l’armée israélienne mènent leurs propres enquêtes.

source d'images, Belles photos

légende,

Le nombre de morts était d'environ 1,3% de la population du territoire

Une critique persistante des statistiques existantes est qu’elles ne prennent pas en compte le nombre de Palestiniens tués – que ce soit le résultat de frappes aériennes israéliennes, de bombardements d’artillerie ou d’autres moyens tels que des roquettes palestiniennes errantes. Toutes les victimes sont actuellement comptées comme victimes de « l’occupation israélienne ».

Ces derniers jours, le ministère de la Santé de Gaza a mis en lumière plusieurs cas de ce que l'OMS appelle des « décès indirects » – des personnes mourant à cause de la guerre, mais pas directement à cause des combats.

Mercredi, six enfants sont morts de déshydratation et de malnutrition dans les hôpitaux du nord de Gaza. Deux se trouvaient à l’hôpital Al-Shifa de la ville de Gaza et quatre à l’hôpital Kamal Adwan de la ville de Beit Lahiya.

L'ONU prévient qu'un quart de la population de Gaza est désormais menacée de famine et que les maladies infectieuses ont considérablement augmenté en raison d'un manque général de médicaments et de soins médicaux.

La guerre a commencé le 7 octobre lorsque des milliers de combattants du Hamas sont entrés dans le sud d’Israël, tuant environ 1 200 personnes et prenant 253 otages.

READ  La grippe aviaire se propage aux vaches laitières

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *